Au cœur de
l’apprentissage

FAQ

Les questions les plus fréquentes ont été regroupées ici. N’hésitez pas à utiliser la boîte de dialogue pour poser les vôtres.

Questions les plus fréquentes sur l’expo

Austintown A qui s’adresse l’exposition?
 
L’exposition s’adresse en premier lieu aux élèves du secondaire I visitant les salons des métiers et de la formation (jeunes entre 12 et 15 ans). Elle est également destinée aux parents, corps enseignant et professionnel-le-s souhaitant s’informer sur la formation professionnelle (histoire, importance en Suisse, fonctionnement) et réfléchir à ses enjeux et défis.
 
http://boisdebout53.org/?syleyman1=meilleurs-site-de-rencontre&987=fa Comment visite-t-on l’exposition?
 
Pour les plus jeunes et les personnes intéressées, nous proposons une visite accompagnée, cela permet de discuter des enjeux de chaque espace, mais aussi de dialoguer autour des dispositifs présentés. Pour les plus âgé-e-s, la visite peut se faire seul-e-s, les textes étant accessibles et simples. Enfin, un support de visite « alternatif » est également proposé sous forme de dialogue chat, il est à disposition sur le stand.
 
http://sanfilippobcn.es/?zadaniye1=chicos-online-catalog&f3b=ee A quelles questions principales l’exposition répond-elle?
L’exposition aborde différentes thématiques centrales liées à la formation professionnelle : la transition entre l’école et l’apprentissage, les enjeux autour de l’embauche, le quotidien de la formation en entreprise ainsi que de la transmission d’un métier sur le lieu de travail, le passage vers le statut de professionnel-le et les possibilités après une formation professionnelle. Au centre de l’exposition, un espace reprend tous ces aspects pour mettre en lumière les principales difficultés que l’on peut rencontrer à chacune de ces étapes.
 
Ubud A partir de quel âge est-ce que la visite de l’expo est conseillée ?
 
L’exposition peut se visiter accompagné-e par les personnes présentes sur le stand ou par des parents ou enseignant-e-s dès l’âge de 10 ans. Son graphisme la rend attractive même pour des publics très jeunes., Les dispositifs scénographiques interactifs permettent à de jeunes visiteurs et visiteuses de comprendre certains enjeux (la sélection, les choix après un diplôme). Enfin, un jeu (rechercher l’intrus-e) rend la visite ludique.
 
Combien de temps dure la visite de l’expo ?
 
La durée de visite de l’exposition varie entre 15 et 35 minutes. Le tour des différents espaces peut se faire assez rapidement (prise de connaissance de l’ambiance, lectures des principaux textes et de quelques extraits). En regardant les documents (images d’archives, diplômes), les données scientifiques (extraits, graphiques) et certains éléments scénographiques (informations cachées, films, dispositif vidéo), la visite peut durer beaucoup plus longtemps.
 
Quel est le prix d’entrée ?
 
L’exposition est gratuite, comme les salons des métiers et de la formation qui l’accueillent.
 
Des visites guidées sont-elles prévues ?
 
Des visites guidées publiques sont organisées lors des vernissages, mais il est toujours possible de faire une demande pour une visite de classe par exemple (lien formulaire). Les personnes présentes sur le stand se font toujours un plaisir d’accompagner les visiteurs et visiteuses qui le souhaitent et de leur donner des explications. Dans certains salons, des visites fixes seront organisées, elles seront communiquées sur le site (lien actualité) et sur le stand.
Avez-vous prévu d’autres lieux / dates ?
 
L’exposition se tiendra dans différents salons des métiers et de la formation de Suisse romande et aux Swiss skills (voir page Expositions) entre 2020 et 2022. 
 

Questions les plus fréquentes sur la formation professionnelle initiale

Où puis-je trouver des informations sur les places d’apprentissage disponibles dans mon canton ?
 
Le site Orientation.ch propose un moteur de recherche qui permet de consulter les places disponibles par métier, canton et/ou localité. Les entreprises publient également des annonces dans les médias (presse, radio, web) ou réalisent des campagnes d’affichage.
 
Y a-t-il un âge minimal pour débuter un apprentissage en Suisse ?
 
Oui, il faut avoir 15 ans révolus.
 
Qui peut m’aider à choisir un apprentissage ?
 
Le choix d’un métier, puis d’une entreprise pour faire sa formation, peut être soutenu par les conseillères et conseillers en orientation, les enseignant-e-s ou encore la famille. Les connaissances ou le réseau amical (des parents, mais aussi des jeunes) peuvent également aider à identifier le « bon » métier et permettre de savoir dans quelle entreprise se présenter.
 
Comment est-ce que mon enfant/ado sera suivi durant son apprentissage ?
 
Durant l’apprentissage, le suivi se fait sur les différents lieux de formation, principalement l’école professionnelle et l’entreprise. Dans les écoles professionnelles, outre les enseignant-e-s (des branches professionnelles, mais aussi de culture générale), votre enfant peut se rendre chez le médiateur ou la médiatrice, l’infirmière ou l’infirmier. Dans l’entreprise, le suivi est fait par un formateur ou une formatrice en entreprise (anciennement appelé-e-s maître-se d’apprentissage) ainsi que par un-e responsable de formation dans les grandes entreprises ou la ou le patron-ne dans les petites. Ces personnes sont principalement chargées de la formation, du suivi et du contrôle du travail pratique, mais également du suivi de ce qui se passe à l’école. Souvent les collègues, parfois d’autres apprenti-e-s, représentent également un soutien. En cas de questions ou de problèmes, elle ou il peut s’adresser à la ou au commissaire professionnel-le, ou à un conseiller ou une conseillère aux apprenti-e-s comme dans le canton de Vaud. Ces personnes connaissent le métier et peuvent aider à dénouer des situations ou accompagner le changement d’entreprise, voire la résiliation du contrat.
 
En quoi consistent les cours donnés à l’école professionnelle ?
 
Les cours donnés à l’école professionnelle se divisent en deux branches: d’un côté, les branches professionnelles (qui diffèrent selon le métier) et les cours de culture générale (français, droit, économie, civisme, etc.).
Les enseignant-e-s des branches professionnelles sont issu-e-s du domaine qu’elles et ils enseignent, et sont parfois encore en activité. Les enseignant-e-s de culture générale ne viennent pas nécessairement de la formation professionnelle.
 
Quels sont les avantages d’une formation par apprentissage ?

L’apprentissage offre une solide formation alliant théorie et pratique. Son lien étroit avec le marché du travail facilite la transition vers un premier emploi. Pendant ou après le CFC, il est possible d’obtenir une maturité professionnelle qui permet la poursuite des études dans une haute école et l’obtention d’un bachelor, puis d’un master. Ces voies ouvrent à un choix professionnel plus vaste et varié.

Comment devenir enseignant professionnel ? Qui organise les cours ?

La formation d’enseignant-e en école professionnelle et en école supérieure s’acquiert en cours d’emploi (à plein temps ou à temps partiel pour l’enseignement de la culture générale). La formation est dispensée à l’Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle (IFFP), à Renens (VD), Zollikofen (BE), Zurich (ZH) et Lugano (TI). En Suisse alémanique, quelques organismes privés dispensent également cette formation. Des informations sont disponibles sur le site https://www.orientation.ch

Droit des apprenti-e-s

 
A. Ça fait 6 mois que je monte du chemin de chemin de câbles sur le même chantier. J’en ai marre, est-ce que j’ai le droit de demander à mon patron de changer ?
B. Le technicien me fait toujours travailler avec un apprenti 3ème année (je suis en première), mais cet apprenti est tout le temps en train de se moquer de moi. Il dit que c’est pour rire mais moi j’en ai marre, qu’est-ce que je peux faire ?
 
La première chose à faire et d’en parler au ou à la patron-ne ou à la personne formatrice. Si cela s’avère inefficace, le conseiller ou la conseillère aux apprenti-e-s peut intervenir comme médiateur/médiatrice. Elle/il soutient apprenti-e-s et personnes formatrices lorsqu’un problème surgit au cours de la formation. Par ailleurs, la ou le commissaire professionnel-le, après avoir entendu l’apprenti-e et la personne formatrice, prend les mesures permettant d’assurer, si possible, la poursuite de la formation, conformément aux aptitudes et aux aspirations de l’apprenti-e.
https://www.vd.ch/themes/formation/formation-professionnelle/soutien-aux-apprenti-e-s
 
Y a-t-il un salaire minimum pour les apprenti-e-s ? Et comment est versé le salaire (à l’heure, au mois) ?
 
Le salaire est défini par le contrat d’apprentissage et est mensuel. La loi (Loi sur la formation professionnelle, loi sur le travail, code des obligations) ne prévoit pas de salaire minimum pour les apprenti-e-s mais des recommandations sont émises par les syndicats et certaines associations professionnelles. Celles-ci ne sont pas contraignantes pour les entreprises formatrices. En revanche, les entreprises sont tenues d’appliquer les clauses des conventions collectives de travail (CCT), dans les secteurs où il y en a, et dont certaines prévoient des salaires minimums pour les apprenti-e-s.
(CO art. 322, 323, 323b, 324, 329d et 344, al. 2)

Pour en savoir plus